Le miroir : un compagnon, un complice, indispensable, et/ou un outil délétère ?

Par Martine KAGAN-PSZENICA, Psychologue.

Une Réflexion sur le miroir, pour faire écho à ce que les patients disent de lui.

Happés, aspirés, embarqués, par le miroir qui reflète, grossit, indigne, inquiète, rassure parfois…

Serait-il l’objet qui révèle ?

Il renvoie une image éphémère, toujours à reprendre.

Objet de tous les dangers, le miroir se cache, se couvre, se range pour être évité, mais comment l’éviter vraiment, tant il a été investi dans son pouvoir révélateur ?

Pour le Larousse, révéler c’est faire connaître à quelqu’un ou rendre public ce qui était tenu secret, ce qui était caché. « Je vais vous révéler mon secret », pas si simple lorsque l’on souffre de dermatillomanie !

Le miroir est aussi l’objet qui permet la confrontation, la mise face à face, l’action de rapprocher les choses, de les comparer en les opposant, (cf le Larousse) : ma peau et la peau idéale, qui serait lisse et nette s’opposent, c’est même entre elles deux, un duel, une guerre sans merci, un combat de chaque jour.  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s