Le contrôle

de Valeria Mascellani, Psychologue

La plupart des personnes qui souffrent de Dermatillomanie affirment avoir un très faible contrôle sur leur comportement de grattage. Elles se sentent dépassées et subissent leur impulsions sans pouvoir rien y faire (« C’est plus fort que moi », « Je n’arrive pas à m’arrêter »).  Le postulat central de la Thérapie Comportementale et Cognitive nous dit que même si nous ne pouvons pas contrôler nos pensées, nos émotions ou nos impulsions, nous avons le contrôle absolu de notre comportement. Par conséquent, même si nous avons l’impression d’avoir un très faible contrôle, la manière de répondre à nos impulsions de grattage ne dépend  que de notre choix.  

Les habitudes peuvent être modifiées. Nous pouvons choisir de répondre différemment à l’envie pressante de gratter la peau. Bien sûr, il faut dire que devenir capable de changer son comportement demande beaucoup de travail et d’effort. Cela peut être un défi quotidien et rester difficile par moment, voire entraîner des rechutes. Le parcours du changement n’est jamais une ligne droite qui monte vers le haut, mais plutôt un parcours en boucles avec des hauts et des bas.

Pour devenir capable de changer son comportement, il faut d’abord apprendre à reconnaître les déclencheurs, c’est-à-dire les situations ou les ressentis qui déclenchent l’envie de gratter (il s’agit principalement d’émotions inconfortables comme l’anxiété, l’angoisse, l’ennui, la honte, le dégoût pour soi…) et apprendre à choisir un’ autre réponse, moins destructive.

Au lieu de gratter la peau, nous pouvons choisir de réagir à nos états internes avec des gestes plus sains et positifs comme par exemple la méditation, la relaxation ou des activités alternatives qui occupent les mains. Il n’y a pas une seule et même recette pour tout le monde, chacun est diffèrent et cela peut prendre du temps avant de découvrir ce qui marche bien pour soi.

Rester patient et mettre en place des comportements alternatifs en réponse aux impulsions de grattage, est une compétence très précieuse pour apprendre à gérer plus sainement l’impulsion de gratter sur le long terme.

Conseil de self-help : faire la liste de tous les déclencheurs pour s’entraîner à bien les reconnaître. Ensuite, faire la liste de tous les comportements alternatifs que l’on pourrait faire au lieu de gratter la peau (dessiner, faire la vaisselle, faire un soin, se relaxer…la liste peut être longue et variée et ça peut prendre du temps avant d’identifier ce qui marche bien pour soi, ne vous découragez pas !)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s